8 idées pour utiliser des sachets lestés

Si vous manquez d’inspiration face à ces petits sacs dans vos mains…

Voici un article qui va vous plaire ! Les propositions ci-dessous ne sont que des petits guides pour vous donner des idées.

N’hésitez pas à les modifier, les adapter, vous en inspirez pour finalement créer une activité qui vous correspond !


Lors d’un parcours

Eh oui ! Il suffit d’organiser un petit parcours avec différents modules et obstacles selon les capacités du patient… et lui proposer de le traverser avec les sachets sur la tête, dans les paumes de mains, sur les épaules, …


Lancer, sous forme d’échange régulier

A deux, à trois, à encore plus… Vous pouvez utiliser les sachets lestés pour organiser des échanges en rythme, dans un vrai travail d’écoute, de regard et d’accordage tonico-émotionnel. Pas si simple d’ajuster sa posture et ses mouvements aux différents poids ; pas évident de maintenir un rythme commun.

Et pour corser l’activité, il est même possible de moduler les rythmes (accélération, ralentissement), de changer de postures ou de position, de s’éloigner ou de se rapprocher, …


Jeter dans des cerceaux, des paniers, des pots, …

Plus simplement, les sachets lestés peuvent être utilisés pour travailler l’adresse visuomotrice, c’est-à-dire la coordination entre les mains et les yeux : jeu de viser de cerceaux, de précision aussi…

Là encore, les possibilités sont multiples pour augmenter la difficulté : s’éloigner, s’orienter différemment dans l’espace, les yeux bandés en ne se repérant qu’aux sons/bruits de l’autre, dans des cerceaux de plus en plus petits, …


Les cacher pour les retrouver

Les sachets lestés peuvent aussi servir de point d’appui pour un travail spatial dans la salle. L’un les cache à différents endroits et note précisément sur une carte leur emplacement, l’autre doit les retrouver à l’aide de cette même carte. Pour les plus jeunes, sans la carte, il peut même s’agir de travailler la permanence de l’objet. Pour les plus âgés, la carte peut être associée à un parcours dans la salle, ou bien à des consignes plus spécifiques pour se déplacer dans l’espace…


Repérage corporel en les posant sur le corps

Pourquoi ne pas utiliser les sachets lestés dans un jeu de « somatognosie » ( = connaissance des parties du corps) ? En les déposant sur différentes zones du corps, chacun nomme ces parties, ajoute les notions de droite et de gauche s’il faut. Cela engage tout un travail de réversibilité également si l’on doit noter sur une silhouette papier où les sachets on été déposé. Pour augmenter la difficulté, il est possible de déposer plusieurs sachets avant de faire un retour oral ou dessiné, pour ajouter une dimension mnésique.


Notions topologiques

Les sachets peuvent également servir d’outils pour aborder les notions spatiales et topologiques : devant/derrière, à côté, entre, au milieu, dedans/dehors, en haut/en bas, … Pour certains enfants, ces notions ont beaucoup de difficultés à s’ancrer dans une réalité, bien souvent parce que leurs propres repères spatio-corporels font défaut. Après tout un travail comme proposé au point 5., il est possible de penser alors une activité non plus autocentrée sur l’enfant, mais plutôt sur d’autres référentiels extérieurs (par rapport à une maison, à une balle, à un module…)


IMP (Intégration motrice primordiale)

Les sacs lestés sont aussi beaucoup utilisés lors de remodelage au sein de la pratique de l’IMP pour ceux qui la pratiquent. Cela permet d’harmoniser des réflexes archaïques trop ou trop peu présents et ainsi d’améliorer les coordinations corporelles, d’apaiser la vie émotionnelle et d’encourager la disponibilité cognitive. Cette technique a été créée par Paul Landon ; pour en savoir plus, voici le site internet : https://www.reflexes.org/


Relaxation

Lors de temps de relaxation ou de détente, qu’il soit court ou long, il est possible de proposer des entrées sensorielles en venant déposer certains petits sachets, avec ou sans pression pour redonner une conscience du corps, des limites, …

C’est notamment très utile auprès des adolescents chez qui on observe souvent un vécu d’évanescence du corps dès lors qu’il n’est plus en mouvement : ils ne le sentent plus, ne s’y repèrent plus. Par le biais de ces petits sachets (qui évitent un contact direct avec leur corps) qui font tiers, il est possible de remobiliser en conscience ces zones du corps pour étayer leur contenance, leur sécurité interne, leurs limites corporelles.


Laissez place à votre imagination et à vos capacités d’adaptation ! Et n’hésitez pas à laisser un commentaire avec d’autres idées si vous en avez !