La proprioception

Avec le matériel lesté, il est souvent question de « proprioception ».

Mais de quoi il s’agit en réalité ? A quoi ça fait référence ? Et pourquoi la stimuler ?


Une petite définition…

Nous connaissons tous les 5 sens. On nous les apprend et nous les répète depuis la maternelle… Mais en réalité, on considère que l’être humain en possède 7 !  Les 2 oubliés de nos cours élémentaires sont le sens vestibulaire et le sens proprioceptif.

Saurez-vous reconnaître les 7 sens sur le logo de la Bobine Sensorielle ?

Le premier sert à maintenir le corps en équilibre, peu importe les mouvements qu’on lui imprime.
Le second correspond à la perception de notre corps, de notre position et de nos mouvements dans l’espace.

Pour être plus claire, la proprioception réunit l’ensemble des capteurs sensoriels qui nous permettent de situer notre corps dans l’espace, qu’ils soient en surface ou en profondeur (dans la peau, dans les muscles, dans les tendons, …)

Au même titre que la vision nous est bien utile pour voir (hum hum), la proprioception nous est donc indispensable pour maintenir nos postures, pour nous déplacer, pour coordonner nos mouvements, etc…

On peut l’envisager comme un trait d’union entre les muscles, le tonus, l’axe corporel, et la psychomotricité unique de l’être humain.


Quel est son rôle dans le développement psychomoteur ?

A la naissance, le bébé présente une hypotonie axiale et une hypertonie périphérique, ainsi qu’un certain nombre de réflexes archaïques, préprogrammés (le grasping, la succion, la marche automatique, le réflexe de Moro). Puis, avec la maturation neurologique progressive, le bébé va petit à petit prendre le contrôle de son corps, avec ce que S. Robert-Ouvray appelle « schème de base» (enroulement et redressement du corps).

La proprioception joue un rôle majeur dans l’élaboration du schéma corporel, de la motricité globale, et des coordinations :

En bougeant, l’enfant s’approprie les différentes parties de son corps, découvre les différents plans de l’espace, et intègre les différents espaces de son corps.  Il se créé ainsi un répertoire d’actions motrices et posturales de plus en plus nombreuses, fluides et efficaces.

Par la manipulation des objets, l’enfant acquiert également des praxies (gestes organisés vers un but) fines et précises.

La proprioception joue aussi un rôle primordial dans le développement de l’espace :

Il permet une conscience de la situation spatiale du corps dite « relative » (le système vestibulaire permet une conscience dite « absolue », sans point d’ancrage). En effet, à chaque point d’appui ou surface de contact, les récepteurs situés dans les muscles et les articulations permettent de situer le corps par rapport à l’environnement.

La proprioception est également liée au processus d’individuation et à la conscience de soi :

Au cours de son développement, l’enfant s’approprie son organisme pour en faire son corps (selon les termes d’A . Bullinger), sous-entendu un organisme habité d’un Moi construit. ⁠
De tous ces processus (que S. Robert-Ouvray décrit au travers de l’étayage psychomoteur) naît une enveloppe psychique et corporelle, qui permet au bébé de distinguer ses sensations internes et des sensations externes, un dedans d’un dehors, une contenance sécuritaire. ⁠

La proprioception n’est donc pas qu’une interprétation de messages reçus par l’intermédiaire des capteurs : elle permet d’anticiper les actions, d’organiser les mouvements, de se repérer dans son corps et dans l’espace, de se construire en tant qu’individu unique,


Pourquoi stimuler la proprioception ?

En ayant fait cet état des lieux, on comprend mieux pourquoi certaines personnes, à qui la proprioception fait défaut (dans l’excès ou dans le manque), peuvent se sentir désorganisé, perdu, déconnecté, comme s’ils n’arrivaient pas à s’ajuster dans leurs mouvements, ou même à délimiter leur propre corps du reste de leur environnement.

Il semble alors intéressant de pouvoir leur proposer du matériel adapté pour les aider à se reconnecter à leurs sensations internes, à enrichir leur répertoire moteur, à affiner leur schéma corporel et ainsi approfondir leur conscience d’eux-mêmes.

Cela peut être proposé sous forme de mises en forme corporelles (parcours, jeu de postures, expériences corporelles multiples), de temps de relaxation, dans des jeux de précisions et d’adresses, etc.

D’ailleurs, la Bobine Sensorielle propose, entre autres, du matériel lesté pour pouvoir ainsi réactiver les capteurs sensoriels proprioceptifs profonds et donc intensifier les repères du corps.

Vous pouvez retrouver tout le matériel lesté dans l’onglet boutique, ainsi que leurs intérêts thérapeutiques et certains exemples d’utilisation sur chaque fiche produit.

Pour aller plus loin :

Un article très complet sur les couvertures lestées : principe et utilisation