Les métiers du « corps en mouvement »


L’accompagnement des personnes aux besoins spécifiques est un domaine très vaste, difficile à délimiter. Il englobe énormément de professions annexes allant du champ de la médecine au champ paramédical (thérapie ou rééducation), en passant par le secteur social…

Certains métiers sont définis au sens strict avec des diplômes d’état et des décrets de compétences. D’autres ne le sont pas (encore), et fonctionnent plutôt comme des spécialisations dans certaines médiations (sophrologie, hypnose, art-thérapie…)

Pour complexifier les choses, les champs d’intervention peuvent se recouper d’une profession à l’autre ! Mais bien souvent, ils se distinguent par leurs corpus théoriques, propres à chacun.

L’objectif de cet article n’est pas de définir chaque profession, ça serait bien trop long, trop ambitieux aussi…

Cependant, mon expérience m’a amené à repérer des doutes, incompréhensions ou des méconnaissances qui persistent parfois entre les professionnels ou leurs patients, notamment dans le domaine paramédical.

L’idée est donc ici de poser des mots justes pour que l’on s’y retrouve plus facilement…


Kinésithérapie

Le kinésithérapeute a un objectif de travail qui est d’ordre fonctionnel. Il prévient l’altération des capacités fonctionnelles, participe à leur maintien ou, lorsqu’elles sont altérées, tente de les rétablir ou d’y suppléer.

Les mouvements (de l’organisme à ceux du patients), les gestes (de leurs conceptions à leurs exécutions), les fonctions et les comportements moteurs sont au cœur de l’activité de kinésithérapie.

Ergothérapie

L’ergothérapeute a pour objectif le maintien ou la restauration des activités quotidiennes. Il prévient, réduit ou supprime les situations de dépendance en tenant compte des habitudes de vie et de l’environnement de leurs patients et des exigences de vie quotidienne en société.

L’ergothérapie s’intéresse aux troubles des gestes (s’habiller, lacer ses chaussures, ranger, classer…) et des postures également, mais dans un objectif d’adaptation, de relative indépendance et d’autonomie personnelle, notamment à l’aide d’outils spécifiques (ordinateurs, tablettes, outils scripteurs, outils de traçage…)

Psychomotricité

Le psychomotricien fait du lien entre perceptions, sentiments, pensées, mouvements et comportements. Son objectif est d’accompagner vers un mieux-être et une harmonisation sur le plan moteur, comportemental, relationnel et émotionnel.

Il est aussi le spécialiste du développement psychomoteur tout au long de la vie.

Le corps en mouvement constitue donc la base du travail en psychomotricité, tout en tenant compte de la vie psychique de celle-ci ainsi que de son environnement physique, social et culturel.


Au lieu d’opposer systématiquement ces différentes professions, les définir permet de rendre compte de leur réelle complémentarité.

Tous s’intéressent au corps en mouvement, certains plus d’un point de vue fonctionnel, d’autres d’un point de vue autonomisation et d’autres encore d’un point de vue émotionnel et relationnel.

La richesse ne s’arrête pas là : à ses définitions globales s’ajoutent l’histoire de chaque professionnel, sa pratique, ses vécus, ses rencontres, qui vont modeler sa manière d’accompagner les patients. Chaque professionnel est donc unique !

Dans la réalité, nous pouvons donc utiliser les mêmes moyens, les mêmes jeux, le même matériel, alors que nos objectifs thérapeutiques et rééducatifs sont différents.


La Bobine Sensorielle s’adresse donc à toutes ces professions, mais aussi, et surtout, à tous ces professionnels qui s’intéressent au corps en mouvement, quelque soit leur diplôme !


Si vous souhaitez contribuer à cet article en y ajoutant une subtilité, une nuance, une définition de votre métier, n’hésitez pas à laisser un commentaire!

[ L’article sera mis à jour de temps en temps ]